InnoRadio septembre 2018 : Le point #innovation #radio

“Voice Activated Ads” — Instreamatic

C’est un exercice personnel que je gardais pour moi avant… et que je trouve pertinent de faire partager. L’InnoRadio est un récapitulatif de ce qui m’a marqué en faisant de la veille ces dernières semaines.

Au programme pour commencer l’automne 2018 : assistants vocaux, monétisation et nouveaux modèles économiques pour l’audio en ligne.

Deux initiatives intéressantes sur Alexa

C’est une des applications vocales qui a les meilleurs retours, les meilleures notes sur le magasin d’applications de l’assistant vocal d’Amazon, Alexa.
Et pour cause : ce n’est pas une simple application de replay.
C’est la voix de Christophe Hondelatte, animateur de l’émission Hondelatte Raconte sur Europe 1, qui remplace la voix de synthèse d’Alexa. L’utilisateur a l’impression de parler avec l’animateur en lançant la “skill”. Que ce soit l’habillage sonore ou le ton de l’animateur, l’utilisateur y retrouve tout l’univers de l’émission de récits.

L’approche est vraiment bonne ; l’accès aux histoires est clairement facilitée.
C’est actuellement le seul cas où avec la voix, l’expérience d’écoute est plus agréable et plus facile qu’avec une application de podcast sur smartphone.
L’auditeur a l’impression d’être plus proche, plus en interaction avec l’animateur.
Même si, avouons le, en l’utilisant plusieurs fois, on se rend bien évidemment compte que les mêmes phrases reviennent…

La radio indépendante d’Occitanie RTS a également fait quelque chose de malin récemment.
Dorénavant, vous pouvez demander à Alexa d’écouter les actualités de l’Occitanie mais aussi les actualités spécifiquement par ville : pour Perpignan, Avignon, Nîmes, Montpellier, Narbonne, Sète et même Toulouse (alors que RTS n’a pas de fréquence dans cette ville).
Le flash local de Toulouse FM était déjà disponible à la demande sur Alexa, mais c’est toujours bien d’avoir de la diversité, même pour de l’actualité locale !
RTS a également son application vocale sur Alexa, permettant d’accéder directement aux derniers podcasts des différentes émissions.

La dépendance vis à vis des GAFAM est discutable. Mais au vu des partenariats qui se multiplient entre constructeurs automobiles et les géants que sont Google et Amazon, il semble important pour les radios d’être présent au sein des assistants vocaux, et d’y proposer au moins le flash de la radio à la demande…

De la publicité en vocal ?

Pour l’instant, Amazon et Google ne proposent pas de solution pour intégrer de la publicité via des interactions vocales. On peut faire le pari que Google planche sur ce sujet, mais pour l’instant on n’entend que les publicités nativement incrustées au sein des flux en streaming ou des podcasts.

En revanche, Voice Activated Ads” est une technologie de publicité audio interactive, proposé par l’agence américaine Instreamatic.
Pour l’instant, la technologie n’est pas utilisée en France, mais a été testée récemment en Russie, sur les apps mobiles de Gazprom-Media Radio notamment.
En réalité, la technologie “Voice Activated Ads” d’Instreamatic diffuse de la publicité audio avant la lecture d’un média (un stream d’une radio ou bien un podcast). Par la suite, l’auditeur exprime à haute voix son intérêt ou non pour le produit présenté. Si ce produit l’intéresse, il peut recevoir des détails par SMS ou bien la page du site en question s’ouvre sur son smartphone.
Notez que la publicité issue de cette technologie est décorrélée du contenu. Elle s’enclenche et ensuite, indépendamment, le média est diffusé.

Vidéo de présentation de la technologie “Voice Activated Ads” — Instreamatic.ai

Revoir le modèle économique ?

Un entrepreneur Américain, Jordan Last, a proposé une solution intéressante. Il imaginait créer une application où l’utilisateur paie une certaine somme fixe par mois pour écouter ses podcasts via cette app. Le montant de la souscription serait équitablement reversé aux créateurs de podcasts, en fonction de la durée d’écoute des podcasts lus dans le mois par l’utilisateur.

Je trouve l’idée plutôt bonne. Mais le projet est difficilement envisageable.

  • Premièrement, la mesure d’audience des podcasts est quelque chose en soi de très controversée… Limite plus qu’en radio ! Difficile de certifier les chiffres de durées d’écoute.
  • Sur le plan technique, Jordan Last propose de rémunérer en crypto-monnaie. Cela a son intérêt, c’est vrai. Pour résumer, cela permet de faciliter et de sécuriser l’implémentation. Mais là il est question de technologie beaucoup trop récente et trop incomprise pour le moment…
  • Il faut faire face à la résistance au changement : réussir à convaincre les amateurs de podcasts de changer leurs habitudes d’écoute, de payer une certaine somme par mois pour du contenu audio.

A l’idée de payer pour du podcast, Mathieu Gallet, ancien patron de Radio France, y croit.
Et s’il réussi à avoir du bon contenu — du contenu exclusif bien entendu — , s’il réussit à s’associer avec les acteurs en place (Binge Audio, BoxSons, Louie Media, etc.), sa plateforme d’audios à la demande peut rencontrer un franc succès ! A condition que la plateforme s’accorde aux usages du podcast (mobilité, régularité, etc.).

Mais ce qui me gêne, c’est l’utilisation dans les communiqués de presse de buzzwords comme “Intelligence artificielle”, “Netflix du podcast”, etc.

A chaque fois que j’entends des entrepreneurs utiliser une telle communication, cela me rappelle systématiquement Juicero, une start-up américaine qui voulait être le “Nespresso du jus de fruit”. Sauf qu’entre le café et le jus de fruits, l’usage et la consommation ne sont pas complètement les mêmes, la start-up Juicero en a fait les frais, …
En voulant bêtement dupliquer un modèle qui marche sur un produit analogue, elle s’est complètement plantée.

J’espère que les fondateurs de Majelan ne tomberont pas dans ce type de pièges et sauront apporter des solutions concrètes aux problématiques actuelles autour du podcast payant : distribution, rémunération, etc.
RDV donc au printemps 2019, date annoncée pour une première version !

C’était difficile pour moi d’envisager de payer pour du podcast. Mais après réflexion, pour des archives radios mythiques à la demande (Lovin’Fun des années 90, Bonsoir la planète, etc.), oui, je pourrais payer pour de telles pépites inédites sur Internet.

Cet édito en audio : podcast “Des Ondes Vocast“

Lien web de l’épisode : https://www.vocast.fr/desondes/s1e2.html

Des archives qui ont marqué la bande FM aux discussions autour des futurs possibles du média, le podcast “Des Ondes Vocast” est dédié aux passionnés de radio.

Vocast Project : Podcast / Radio - https://www.vocast.fr

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store